Association des Assistants Maternels Agréés Indépendants

    d' Istres et ses alentours

 1 rue de la Futaie 13800 Istres     Tél : 06-12-08-01-06

contact:  123bebe.istres@gmail.com Site internet : http://asmat123bebe.wifeo.com

Ancien site (cliquer ici)


Les moustiques il faut savoir s'en protéger sans céder à la psychose !


Découvrez les pièges à éviter pour assurer la protection de votre enfant :

 

1-Les bras nus

Pensez manches longues ! Même si la plupart des piqûres de moustiques traversent le tissu des vêtements, privilégiez les bodys ou tuniques à manches longues et légères. Il existe de nombreux tops et ensembles aux matières fluides qui protègent de la chaleur.
Autre précaution à prendre : bannir les couleurs vives et foncées, véritable excitant pour les moustiques.


2-Les moustiquaires imprégnées

La protection indispensable contre ces insectes reste la moustiquaire de lit ou de berceau pour les enfants entre 6 et 12 mois. Mais pas n’importe laquelle. L’idéal est d’opter pour un produit naturel sans répulsif. Les produits chimiques peuvent être nocifs et provoquer des allergies ou réactions toxiques en cas de contact avec la peau de l’enfant et par inhalation. Les produits répulsifs ne doivent pas être utilisés pour les enfants de moins de 3 mois, voire  6 mois.
A savoir : les répulsifs cutanés – privilégier le DEET à faible concentration (10%) ne sont conseillés pour les bébés à partir de 6 mois et qu’en cas de risque élevé de maladies graves à transmission vectorielle.


3-Les huiles essentielles

Reconnues pour être des répulsifs compétents, la citronnelle, la menthe poivrée, et autres huiles essentielles ne sont pourtant pas conseillées sur les bébés. Très puissantes, ces anti-moustiques ne doivent pas être mis en contact avec la peau du nouveau-né.
L’astuce serait de badigeonner un tissu de ce produit et de le déposer près des fenêtres afin de repousser les insectes indésirables.


4-Les insecticides d’ambiance

Tout comme les huiles essentielles, les vaporisateurs d’ambiance sont à prendre avec précaution. Leur utilité étant mal évaluée, leur durée d’action et les volumes de produits diffusés dans les pièces restent inconnus. Une exposition à long terme pour le bébé peut comporter des risques, notamment de cancers car ils contiennent des produits chimiques sur lesquels le doute reste de vigueur.

 

Source : Société de Médecine de Voyage-Protection personnelle antivectorielle



les reptiles peuvent transmettre une bactérie     


 
D'après une étude de l'Institut de veille sanitaire les reptiles peuvent transmettre une bactérie aux enfants de moins de cinq ans.
 Cette bactérie pourrait engendrer méningite et salmonellose.

Les reptiles peuvent faire courrir des risques d'infections pour les enfants de moins de cinq ans, selon deux études publiées ce mardi.
 
Tortues ou lézards peuvent transmettre des salmonelles, une bactérie que l'on retrouve chez plus de la moitié de ces reptiles.
 Ces bactéries peuvent être dangereuses pour les enfants en bas âge et leur faire contracter une salmonellose ou une
méningite.

C'est l'Institut de veille sanitaire qui, dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire, fait cette conclusion
à partir de plus de 60 études parues au cours de ces 20 dernières années. Les chercheurs ont pu identifier 77 cas d'enfants
souffrant d'infections liées à une exposition aux reptiles, trois de ces enfants en sont morts.
Sur ces 77 cas la plupart des animaux transmetteurs de la bactérie étaient des iguanes et des tortues.

Si les enfants de moins de cinq ans sont plus vulnérables ils peuvent aussi être contaminés même sans contact direct avec l'animal.
Dans certains pays comme les Etats-Unis ou le Canada des mesures de contrôle ont déjà été mises en place pour pallier au risque de transmission.
Aux Etats-Unis les autorités déconseillent aux familles ayant un enfant de moins de cinq ans de posséder un reptile.

L'Institut estime qu'en France il y avait en 2003, un peu plus d'un million de resptiles.
Selon les chercheurs "une information du grand public et des professionnels de de santé" pourrait permettre de prévenir les risques de transmissions de bactéries

Comment soigner les piqûres:

 
MOUSTIQUES OU AOUTAT : Désinfecter la zone touchée avec une solution antiseptique et utilisez des crèmes, gels...contre les démangeaisons afin d'éviter de vous gratter.
ABEILLES / BOURDONS : L'aiguillon reste implanté dans la peau
après la piqûre. Il ne faut pas presser la peau pour le faire sortir vous risqueriez de diffuser le venin dans le corps. Ne pas mettre de poche
de glace mais au contraire l'approcher d'une source de chaleur (bout d'une cigarette par exemple ou un coton imbibé de vinaigre).

ARAIGNEE : Elle pique pour se défendre. Désinfecter puis appliquez
une poche de glace. Une piqûre antitétanique n'est pas inutile.
TAONS : Les piqûres sont très douloureuses, retirez le dard à l'aide
d'une pince à épiler. Désinfecter avec un peu d'alcool, apaisez la
douleur avec de la glace et appliquez une crème anti-inflammatoire et calmante
.
CHENILLES : Désinfection et appliquer une pommade prescrite par le médecin. 
FOURMIS : Désinfecter et appliquer une crème ou une lotion antihistaminique.
PUNAISES : Désinfecter et appliquer une pommade apaisante.
MEDUSES : Pas d'eau douce sur la brûlure et ne la toucher pas sous peine de faire éclater les cellules urticantes. Rincez abondamment à
l'eau de mer, recouvrez la lésion de sable sec pour piéger les filaments, puis racler avec une carte.



 
Les promenades dans le jardin peuvent être source de nombreuses découvertes. Mais, le danger peut accompagner ces découvertes, surtout lorsque celles-ci se font auprès des plantes et fleurs qui ornent pourtant si joliment nos jardins.
Plante d'extérieur et intoxication: les plus dangereuses pour l' enfant
Les lauriers-roses : les feuilles de cette plante verte sont extrêmement toxiques puisqu’une seule feuille ingérée par un adulte peut entraîner sa mort ! ! !
Alors, méfiez vous de l’idée de l'enfant à utiliser ces feuilles comme herbe sur "ses brochettes" car cela suffit pour transférer à l’aliment une dose mortelle toxique.


Les rhododendrons ou azalées : ils sont très vénéneux et ingérer leur tige peut provoquer des troubles cardiaques avec risque de mort par paralysie respiratoire.

Le lierre : il contient dans ses baies noires un agent toxique qui provoque, à partir de deux ou trois baies, des troubles digestifs et une excitation. En plus grande quantité, l’intoxication peut être mortelle.

La glycine : avaler les graines de cette plante risque d’entraîner diarrhées et somnolences.

Le muguet :les feuilles et les fleurs sont susceptibles de donner des troubles digestifs ainsi qu’une arythmie cardiaque. Méfiez vous aussi de l’eau dans laquelle a trempé la plante car cette eau est elle aussi toxique ! ! !

Le gui : les baiesarrondies forment des petites boules blanches qui, desséchées, tombent et peuvent être prises pour des bonbons. Ces baies contiennent un poison dangereux qui entraîne troubles digestifs et cardiaques.

Les anémones : elles renferment un suc irritant pour les muqueuses oculaires et ingéré, il donne des troubles gastro-intestinaux.

Et encore : les arums qui provoquent des dermites, les œillets qui engendrent vomissements et diarrhées, les tulipes dont les feuilles et les bulbes donnent des troubles nerveux, les giroflées cardiotoxiques et le gypsophile.

Protéger l'enfant du risque d'intoxication
  • placez si possible des clôtures au pied de la plante toxique,
  • évitez de planter certaines plantes trop toxiques,
  • apprenez à l'enfant qu'il leur est interdit de manger une plante, une baie ou une fleur et expliquez lui les conséquences,
  • apprenez à l'enfant à reconnaître les plantes toxiques,
  • ne plantez pas de plantes dangereuses à proximité de leurs aires de jeu, de la balançoire ou de leur bac à sable,
  • pensez à vous laver les mains après le jardinage et avant de jouer avec bébé.

Savoir réagir après intoxication

En cas de contact et de réaction avec la plante verte :

  1. Rincez abondamment la peau à l'eau en laissant couler de l'eau propre sur la partie contaminée pendant au moins 15 minutes,

  2. N'appliquez ni crème, ni pommade sans avis médical,

  3. Consultez un médecin ou demandez conseil à un pharmacien ou à un centre anti-poison.

En cas d'ingestion de la plante verte et si l'enfant est conscient:

  1. Sortez les morceaux de plante qui restent dans la bouche de l'enfant et conservez-les.

  2. Ne faites pas vomir l'enfant sans avis médical mais si il vomit de lui même, conservez la vomissure.

  3. Appelez le centre anti-poison, un médecin ou composez le 15, sans attendre l'apparition de symptômes.



 
ALLERGIES
(Numéro allergissant : 0 nul à 5 très fort)

 
 
aller.
Jan Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Cyprès 5       x x              
Olivier 3         x x            
Peuplier 3   x x x                
Platane 3     x x x              
Graminées 5       x x x x x        
Urticacées 3         x x x x        
Tilleul 3           x x          
 
 

 
 
 



Créer un site
Créer un site